lundi 20 juillet 2015

4508 - sauver ceux qui peuvent encore l'être

... 16h00

La température de l'eau, le départ définitif des bombardiers japonais, ainsi que la présence sur place des trois destroyers d'escorte, vont cependant jouer en faveur des naufragés, particulièrement ceux du Prince of Wales qui, ayant coulé en un peu moins d'une heure (contre à peine une quinzaine de minutes au Repulse) a offert à ces derniers davantage de temps pour quitter le navire (1)

Plein à ras-bord de rescapés du cuirassé, l'Express est le premier a quitté les lieux, suivi une heure plus tard par le petit Vampire australien, sur lequel a embarqué un Capitaine Tennant appelé à une belle carrière, et que les survivants du Repulse considèrent à présent comme un héros.

A 16h00, ne trouvant plus aucune trace de vie sur la mer, l'Electra vide à son tour les lieux pour s'en retourner à Singapour, où la nouvelle du drame a naturellement jeté la consternation.

A total, les trois destroyers sont parvenus à repêcher plus de 2 000 officiers et marins, soit environ les deux-tiers des équipages des deux infortunés bâtiments.

Les corps du Capitaine Leach, commandant du Prince of Wales, et de l'Amiral Phillips, chef de l'éphémère Force Z, n'ont jamais été retrouvés.

Il est douteux que, dans ces ultimes instants, Tom Phillips se soit rappelé la prophétie de son vieux rival et néanmoins ami Arthur Harris, qui, peu avant la guerre, lui avait dit qu'il se retrouverait un jour debout sur la passerelle d'un bâtiment "réduit en pièces par des bombardiers ou des avions-torpilleurs".

Mais il est certain qu'au moment où le Prince of Wales a coulé, les derniers mots de l'Amiral n'ont pas été...

... "C’était… vraiment une grosse mine !"

(1) sur les 1 309 hommes composant l'équipage du Repulse, 513 - soit 39% - trouvèrent la mort, contre 327 sur 1 612 (20%) sur le Prince of Wales

Aucun commentaire: