jeudi 23 juin 2011

3030 - downsizing

... s'il n'était déjà convaincu d'avoir toujours raison, MacArthur pourrait cependant arguer que, dans son ensemble, le gouvernement américain ne s'intéresse pas plus que lui à la Corée,... et aussi que les États-Unis, en cette fin de printemps de 1950, ne sont plus que l'ombre de la superpuissance militaire qui, le 2 septembre 1945, en Baie de Tokyo, faisait défiler plus de 2 000 avions de combat sous les yeux des vaincus japonais éberlués.

Le retour de la Paix a en effet donné le coup d'envoi d'une formidable course à la démobilisation : de 12 millions à l'été 1945, le nombre d'hommes et de femmes sous les drapeaux est tombé à 1,5 million début 1947 alors que le budget de la Défense s'est quant à lui effondré, passant de 91 à seulement 10 milliards de $ annuels !

Dans le même temps, des dizaines de milliers de véhicules, de tanks et d'avions ont été expédiés dans les parcs à ferraille, et des dizaines de milliers de tonnes de bombes, balles et obus immergés en mer.

Même la Navy, sans laquelle l'Amérique est incapable de projeter sa puissance outre-mer, même la Navy n'a pas été épargnée qui, en plus de déplorer la perte de personnel qualifié, a également dû se séparer d'un nombre incalculable de bâtiments, y compris de la quasi-totalité de ses cuirassés et de la plus grande partie de ses porte-avions qui, dans le meilleur des cas, ont été mis sous cocons mais, bien souvent, tout simplement confiés à l'implacable chalumeau des démolisseurs.

Entre septembre 1945 et juin 1950, le nombre de porte-avions est ainsi passé de 98 à 15, et celui des avions de combat (embarqués ou non) de 29 000 à 9 400 !

Bien que prévisible, cette spectaculaire cure d'amaigrissement de l'appareil militaire a naturellement eu des conséquences dramatiques sur son efficacité opérationnelle et, surtout, sur sa capacité à se porter rapidement au-devant de la menace qui, pour ne rien arranger, est désormais aussi largement sous-estimée que mal appréhendée...

Aucun commentaire: