dimanche 21 février 2010

2541 - le massacre des Cosaques de Lienz

... à la fin de la guerre, près de 60 000 Cosaques, venus avec leurs familles, s'étaient rendus aux forces britanniques stationnées en Autriche.

S'ils avaient accepté de déposer les armes près de Lienz, c'était dans l'espoir de pouvoir un jour reprendre le combat, aux côtés de ces mêmes Britanniques, contre l'Armée rouge ou, du moins, dans celui d'être autorisés à demeurer dans une région où leurs familles étaient venues s'établir, de 1943 à 1944.

Mais les Britanniques ne l'entendent hélas pas de cette oreille...

Au cours de ce qu'on appellera bientôt "le massacre des Cosaques de Lienz", les Cosaques sont poussés avec femmes et enfants dans les wagons à bestiaux qui doivent les amener vers les abattoirs soviétiques.

La confusion est totale. Les femmes hurlent, les hommes se battent, et c'est à coups de matraques, de baïonnettes, et finalement de fusils, que les Britanniques réussissent finalement à les faire monter dans les wagons.

Plusieurs centaines de Cosaques sont tués, comme le seront bientôt, mais sous des balles soviétiques, la majorité de ceux qui ont finalement accepté de prendre la route

Arguant du fait qu'ils se sont engagés pour combattre les soldats allemands et pas pour matraquer des femmes et des enfants, certains soldats britanniques se rebiffent néanmoins, et sont discrètement mis à l'écart de ce qui va constituer un des épisodes les moins glorieux - et les plus secrets - de l'Histoire militaire britannique.

Dans les tragédies les plus noires, il y a cependant toujours un au moins un bref éclat de lumière. En tant qu'aristocrate prussien, Helmuth von Pannwitz n'est évidemment pas visé par l'ordre d'expulsion des "citoyens soviétiques". Mais en tant que dernier commandant de la 1e Kosaken Division, il se sent obligé de partager le sort de ses hommes, et se livre donc volontairement aux Soviétiques, qui le pendront en janvier 1947...

1 commentaire:

alarme a dit...

Une bien triste histoire. Ces cosaques sont évoqués dans le James Bond "golden eye"