jeudi 4 février 2010

2524 - les Cosaques du Reich

... au début de 1943, le repli progressif des armées allemandes va également contraindre les volontaires cosaques à retraiter avec leurs familles

Fini le rêve de "Grande Cosaquie" et l'époque où les leaders cosaques considéraient Hitler comme le "Chef suprême de la Nation cosaque" : à l'été 1944, les Cosaques ont dû retraiter jusqu'à Varsovie et le Reich n'a eu d'autre choix que d'autoriser leurs familles à s'installer dans le Frioul italien et dans le fort vague espoir d'y constituer une nouvelle patrie.

Les Cosaques sont pourtant de plus en plus nombreux à porter l'uniforme allemand : au printemps 1943, Hitler a même autorisé la création d'une véritable division de cavalerie cosaque - la 1e Kosaken-Kavallerie-Division - qui se verra renforcée par une deuxième division en janvier 1945.

Si les volontaires cosaques continuent de traquer les partisans, en particulier dans les Balkans, le moral n'y est plus : chacun craint en effet la vengeance des Soviétiques ce qui, en retour, se traduit par une désintégration de la discipline et un effrayant cortège de meurtres, viols et pillages.

Des cosaques se mutinent à plusieurs reprises, et vont jusqu'à assassiner leurs officiers allemands, lesquels, il est vrai, ont toujours autant de mal à se débarrasser de leur propre complexe de supériorité raciale.

video
A l'été 1944, les Cosaques, comme tous les volontaires étrangers, passent officiellement sous le contrôle de la Waffen-SS, sans que cela change grand-chose à leur comportement ou à la situation militaire dans son ensemble.

A vrai dire, la seule personne à s'estimer satisfaite de ce transfert n'est autre qu'Heinrich Himmler, surtout depuis qu'Alfred Rosenberg (1) lui a assuré que les Cosaques n'étaient nullement Slaves mais en vérité lointains descendants des Ostrogoths, donc d'ascendance germanique...

Germaniques ou non, les Cosaques ne peuvent empêcher l'effondrement du Troisième Reich : en mai 1945, les derniers d'entre eux, entretemps repoussés avec leurs familles jusqu'en Autriche, se rendent aux forces britanniques dans la région de Lienz et sous la promesse de ne pas être livrés aux Soviétiques.

Mais les Britanniques - nous le verrons bientôt - ont d'autres préoccupations en tête...

(1) considéré à tort comme le "théoricien du nazisme", Rosenberg avait été nommé "Ministre du Reich pour les territoires occupés de l'Est" en 1941

Aucun commentaire: