mardi 27 octobre 2009

2424 - l'enfer de Prokhorovka

... "les décharges des canons emplissent le ciel d'un grondement immense et ininterrompu de tonnerre", écrira le général Romistrov.

"Les blindés soviétiques se précipitent à toute allure sur les avant-gardes allemandes et enfoncent leur rideau protecteur.

Les T-34 attaquent de près les Tiger, dont l'armement formidable et la cuirasse épaisse ne présentent plus d'avantage dans un combat rapproché.

Les chars des deux camps sont en étroit contact. Ils n'ont ni l'espace ni le temps de se détacher de l'adversaire pour reprendre leur formation de de combat et pour pouvoir manœuvrer.

A de si courtes distances, les obus transpercent toutes les cuirasses aussi bien frontales que latérales. L'épaisseur du blindage ne joue aucun rôle décisif, pas plus que la longueur du tube du canon. Les munitions et les réservoirs de carburant explosent souvent, projetant à une douzaine de mètres la tourelle qu'arrache la déflagration.

En même temps, des combats aériens acharnés se livrent au dessus du champ de bataille. Aviateurs soviétiques et allemands veulent secourir leurs troupes terrestres, faire pencher la balance en leur faveur. Bombardiers, chasseurs et avions d'assaut semblent ne devoir jamais quitter le ciel de Prokhorovka.

Les duels s'y succèdent sans interruption. L'épaisse fumée des chars incendiés recouvre bientôt tout le firmament. Sur une terre noire et calcinée, on les voit partout flamber comme des torches. Il est difficile de distinguer qui est l'assaillant et qui résiste..." (1)

(1) Fana de l'Aviation, HS 37, page 37

1 commentaire:

Guillaume a dit...

Les propos du général Russe Romistrov sont à prendre avec des pincettes... de belles envolées lyriques mais éloignées de la réalité de cet engagement qui a été élevé au rang de mythe après-guerre.

D'où son appellation très exagérée de "plus grande bataille de chars de tous les temps".