jeudi 9 août 2018

5644 - quand le Supreme Commander entre en scène

La délégation japonaise... à la raideur exemplaire
… USS Missouri, Baie de Tokyo, 02 septembre 1945, 08h43

Dès l’aube, et signe que la méfiance n’a toujours pas disparu, des Marines ont été postés un peu partout sur le cuirassé, et des vedettes à moteur déployées de part et d’autre de la coque, histoire de parer une éventuelle attaque de… plongeurs-suicide.

Par petits groupes, correspondants de guerre, photographes et, bien entendu dignitaires américains et étrangers, ont commencé à se présenter à l’échelle de coupée.

Sur la terre ferme, les spectateurs japonais ne peuvent que se montrer fascinés non seulement par la puissance du Missouri mais aussi, et surtout… par les quelque 250 navires de guerre éparpillés derrière lui.

Le symbole, encore

A 08h43, c’est le maître de cérémonie lui-même, Douglas MacArthur, rentré de Manille le 30 aout, qui fait son entrée en scène, saluant ici, serrant des mains là-bas, avant de brièvement s’isoler avec Halsey dans la cabine de ce dernier.

Si la Bataille du Pacifique a d’abord et avant tout été une bataille de marins, et de Marines, c’est pourtant un fantassin, Douglas MacArthur, qui va donc en célébrer la fin, une fin qu’il a, avec son sens inné de la mise en scène, lui-même orchestrée dans les moindres détails.

Trois jours auparavant, il a officiellement été nommé Supreme Commander of the Allied Powers (SCAP), chargé de diriger l’Occupation du territoire japonais et d’en réformer les institutions, tâche qu’il est bien décidé à mener jusqu’au bout, même si un de ses premiers gestes a été d'ordonner à la police militaire d’arrêter tout soldat américain simplement surpris à offrir des cigarettes à un Japonais.

Ou plus probablement à une Japonaise...

1 commentaire:

Benoit Noget a dit...

bonjour, merci pour votre blog que je suis depuis maintenant 10 ans.
Petite coquille concernant l'année de la signature de la redittion japonaise sur le Missouri. Il est écrit 2 septembre 1943 sur la chronique, au lieu du 2 septembre 1945.

Pour les amateurs du théatre Pacifique je recommande l'ouvrage de Gordon Prange qui traite de l'attaque de Pearl Harbour. At down we slept. The untold history of Pearl Harbor.