samedi 4 avril 2015

4411 - refaire l'Histoire

… tout comme ceux du Yamato, du char d’assaut Tiger… ou du Messerschmidt 262 (!), les partisans du Bismarck ne cesseront jamais d’affirmer que leur favori était "intrinsèquement le meilleur", et "qu’à la loyale", "en combat singulier", ce dernier aurait immanquablement défait chacun de ses adversaires alliés.

Ils ne cesseront jamais de rêver à "une autre Histoire", c-à-d à une Histoire débarrassée des inévitables contraintes de la réalité.

Dès le départ, les responsables allemands et japonais savaient fort bien que jamais ils n’auraient les moyens de construire autant de bâtiments que leurs adversaires britanniques ou américains.

Mais en mettant en chantier de véritables Béhémoth comme le Bismarck, le Tirpitz, le Yamato ou le Musashi, plus gros et plus puissants que leurs homologues du moment, et en rêvant d’en construire d’autres plus gros et plus puissants encore, ils espéraient tout bonnement s’affranchir de la cruelle Loi du Nombre, laquelle accorde généralement la victoire à celui qui possède le plus grand nombre de soldats, de tanks, d’avions… ou de cuirassés.

Malheureusement pour eux, et que ce soit sur Terre, dans les Airs ou sur Mer, leur calcul s’avéra dramatiquement faux : quelles que soient sa taille et ses performances, aucun tank, aucun avion, aucun cuirassé ne pouvait triompher d’adversaires systématiquement plus nombreux et généralement beaucoup plus fiables.

Le cuirassé Bismarck, et ses deux mille officiers et marins en firent la cruelle expérience…

Aucun commentaire: