dimanche 17 janvier 2010

2506 - Soviétiques mais musulmans

... et pourtant, la plupart des volontaires musulmans ne sont originaires ni des Balkans, ni d'Afrique du Nord, ni du Moyen-Orient, mais tout simplement... d'URSS-même, et plus précisément de toutes ces Républiques musulmanes que le communisme a en principe unies sous le drapeau rouge mais où les habitants continuent de prier Allah tout en rêvant au jour où ils pourront conquérir, ou recouvrer, leur Indépendance.

Si certains de ces hommes sont recrutés sur place au fil de la progression des armées allemandes, la plupart proviennent tout simplement des camps de prisonniers de guerre qui, à partir de l'été 1941 ont commencé à héberger par millions les vaincus de l'Armée rouge.

Comme la Werhmacht n'a rien prévu pour nourrir pareille multitude, et comme elle ambitionne au contraire de se nourrir elle-même en volant sur place tout ce qui lui est nécessaire, la mortalité au sein des dits camps va bientôt atteindre des sommets : sur les quelque 5 millions de Soviétiques faits prisonniers durant la guerre, près de 3 millions vont mourir de faim, de froid, d'épuisement, de mauvais traitements, ou dans des chambres à gaz.

Dans ces conditions, évidemment, et que l'on soit musulman ou non, la tentation est grande d'échapper à pareil sort en endossant l'uniforme du vainqueur, a fortiori si l'on se voit promettre en prime la liberté pour soi-même, et l'Indépendance pour son pays.

video
Au final, plus de 100 000 musulmans, originaires de Crimée, de Tchétchénie, du Turkestan, d'Azerbaijan, du Kazahkstan, de l'Ouzbekistan ou encore du Tadjikistan, vont ainsi s'engager dans la Wehrmacht ou la Waffen-SS et connaître, dans la plupart des cas, un destin funeste lorsque le sort des armes les replacera entre les mains de leurs compatriotes soviétiques...

Aucun commentaire: