vendredi 6 novembre 2009

2434 - un Troisième Reich sexy...

… Mais au fond, pourquoi tant de jeunes-gens, issus de tant de pays différents, vont-ils être attirés par le Reich comme par un aimant, au point de lui offrir leur talent, leur énergie et, souvent, leur vie ?

La réponse, là encore, n’est ni simple ni, surtout, unique.

Les jeunes Suédois peuvent avoir l’impression de "passer à côté" d’événements certes meurtriers mais assurément plus passionnants que ceux qui se déroulent au même moment dans la confortable routine de leur pays neutre.

Les musulmans bosniaques, qui n’ont pas la moindre idée de ce qu’est le national-socialisme, veulent simplement des armes allemandes pour en découdre avec les Tchetniks serbes, alors que les Ukrainiens les réclament pour se venger des communistes russes.

Beaucoup de Français de la future Légion des Volontaires Français contre le Bolchevisme (LVF) n’ont pas digéré la défaite de 1940, qu’ils attribuent aux Juifs et aux communistes, et espèrent redorer le prestige et l’influence de leur pays en combattant aux côtés des Allemands contre les Juifs et les communistes russes.

Traditionnellement oubliés sur le bord de la route, les Belges, et notamment les rexistes francophones, entendent bien, cette fois, monter dans le grand train de l’Histoire quitte, au besoin, à se découvrir une "germanitude" de circonstance.

Mais quelles que soient les motivations des uns et des autres, tout cela ne peut s’appréhender que dans un contexte bien plus général : celui de l’incontestable fascination que l’Allemagne nazie exerce sur les esprits depuis l’arrivée d’Hitler au Pouvoir, en 1933.

Le charisme personnel du Führer, la construction des premières autoroutes, les sculptures monumentales d'Arno Breker, la Nouvelle Chancellerie d’Albert Speer, les Jeux Olympiques de 1936 à Berlin, les mises en scène grandioses de Leni Riefenstahl, l’image d’Ordre, de propreté, et de puissance virile que dégage le Troisième Reich, tout cela impressionne assurément les foules, y compris outre-Atlantique.

video
En termes vulgaires, le Troisième Reich, comme ne cesse de le scander le Horst-Wessel Lied "a de la gueule" et, dans tous les pays étrangers, on trouve donc des bourgeois et des banquiers pour souhaiter l’arrivée d’un équivalant local d’Hitler,… ainsi que des politiciens tout disposés à endosser le rôle. On trouve aussi des journalistes, des écrivains, des intellectuels à ce point hypnotisés par le Führer qu’ils n’hésitent pas à l’introniser au Panthéon des plus grands penseurs du Siècle !

Dans une Europe sclérosée par ses habitudes et où les scandales politiques ont miné l'idée-même de Démocratie, le Reich semble moderne et capable d'apporter une réponse simple et universelle à des problèmes complexes et partisans, comme le chômage, les minorités ethniques et religieuses, ou encore la répartition inégale des richesses.

En termes contemporains, on pourrait dire qu’il est sexy,… et donc attirant pour la jeunesse.

1 commentaire:

Raphael a dit...

Je ne l'aurais pas mieux dit.